Conseils

Cabinet d'Ostéopathie Cédric Dumesge

07 50 41 55 22

31 avenue Albert Perrault 94370 Sucy en Brie

Ostéopathe pédiatrique Ostéopathe nourrissons Ostéopathe bébé Ostéopathe Plagiocéphalie Ostéopathe Reflux Ostéopathe colique Ostéopathe femme enceinte Ostéopathe sportif consulation ostéopathie en urgence domicile Ostéopathe sciatique mal de dos Ostéopathe Sucy en Brie Ostéopathe Saint Maur des Fossés Ostéopathe Noiseau Ostéopathe Ormesson sur Marne Osteopathe Limeil Brévannes Osteopathe Bonneuil Ostéopathe Chennevières sur Marne Ostéopathe Champigny sur Marne Ostéopathe Le Plessis Trévise Ostéopathe Pontault Combault Ostéopathe La Queue en Brie

https://plus.google.com/u/0/114017627499116481410

Que faire ou ne pas faire après une séance d'Ostéopathie ?

 

Après une séance d'Ostéopathie, il est conseillé la plupart du temps de bien s'hydrater afin d'aider votre corps à drainer les toxines, mais également de ne pas effectuer d'activité physique trop intense afin que les tissus détendus pendant le traitement ostéopathique ne soient pas de nouveau sollicités trop rapidement, ce qui aurait pour conséquence un possible retour à l'état de rétraction ou de tension des tissus tels qu'ils étaient avant l'intervention de votre ostéopathe. En effet dans les 24-48h suivant la séance les tissus sont d'avantages sensibles aux agressions.

 

Alimentation anti-inflammatoire

 

Si vous souffrez d'une affection inflammatoire telle que tendinite, colite, périostite ou autres, une alimentation particulière peut être préférée afin de limiter le terrain inflammatoire de votre corps.

 

Dans un premier temps il est nécessaire d'arrêter le lait de vache, car ses protéines impliquent une réaction inflammatoire de l'organisme qui tend à entretenir toute inflammation préexistante.

 

D'autre part, il est conseillé de consommer des omégas 3 que l'on retrouve dans les poissons gras (saumons, sardines, maquereaux,..), privilégier l'huile d'olive et abolir la consommation d'huile de tournesol ou autres contenant des omégas 6 qui favorisent l'inflammation.

 

Egalement il est préférable pour la même raison de limiter à 2 fois par semaine maximum la consommation de viande rouge et privilégier la consommation de viande blanche.

 

Peut-on prévenir l'installation de l'arthrose ou ralentir son évolution ?

 

Pour répondre à cette question, nous devons expliquer au préalable ce qu'est l'arthrose et pourquoi il est important d'empêcher son apparition ou d'au moins ralentir son évolution.

 

Qu'est ce que l'arthrose ?

 

L'arthrose correspond à l'usure des cartilages d'une articulation. Des articulations nous en avons un très grand nombre dans le corps humain près de 360. Les énumérer serait trop fastidieux, mais nous allons considérer celles qui sont les plus touchées par l'arthrose, à savoir, les genoux, les hanches, les poignets, les vertèbres (cervicales, dorsales, lombaires), les chevilles.

 

Les articulations les plus souvent touchées sont les hanches et les genoux pour les membres inférieurs et les vertèbres cervicales, dorsales et lombaires pour le rachis. Ceux qui travaillent avec leurs membres supérieurs (métiers manuels: maçons, déménageurs, coiffeurs, etc..) vont avoir, en plus de l'arthrose des membres inférieurs et du rachis, de l'arthrose au niveau des articulations des membres supérieurs : poignets et coudes essentiellement.

 

Remarque : L'épaule est plus souvent victime de tendinite que de véritable arthrose, bien que celle-ci soit également possible.

 

Mise en place de l'arthrose

 

L'arthrose, donc l'usure du cartilage, se met en place quand les mouvements entre les cartilages d'une articulation se font sous forme de frottements plutôt que sous forme de glissements. Pour comprendre schématiquement le frottement des surfaces articulaires, imaginez que vous frottiez du papier de verre contre du bois.

 

Nous avons tous fait plus ou moins l'expérience, plus on appuie avec le papier de verre plus le ponçage est efficace. Au niveau des articulations, c'est la même chose.

 

Heureusement le corps humain est merveilleusement bien fait puisque le cartilage est très très très lisse et qu'il existe au sein de chaque vraie articulation un liquide, le liquide synovial, que l'on pourrait assimiler pour l'explication à de l'huile. Ainsi, si les pressions son physiologiques (charge = son propre poids et articulations dans leur bonne position), grâce au fait que le cartilage soit très lisse et qu'il y ait la présence de ce liquide, chaque mouvements au sein d'une articulation s'effectue normalement comme un glissement et ne s'y produisent pratiquement pas de frottements et donc quasiment pas d'usure du cartilage.

 

Mais si les charges sont trop importantes (pratique de la musculation avec charge) ou/et quotidiennes (tension musculaire permanente), les mouvements au niveau des articulations se feront beaucoup moins sous forme de glissement mais davantage sous forme de frottements. C'est alors là que va se mettre en place progressivement une arthrose que l'on pourra qualifier de "précoce" car elle pourrait être évitée ou tout au moins ralentie.

 

Quelles sont les complications de l'arthrose ?

 

L'usure du cartilage et donc l'évolution de l'arthrose ont deux types d'inconvénients :

 

- Les douleurs articulaires qui en résultent. En effet une fois le cartilage usé, c'est os contre os que vont s'effectuer les frottements, ce qui est assez douloureux au quotidien et peut rendre nécessaire des interventions chirurgicales type arthrodèse (cervicales, lombaires), ou mise en place de prothèse (hanche, genou, épaule,..).

 

- Outre les douleurs articulaires, l'usure du cartilage engendre un phénomène physiologique au niveau de l'os sous jacent : le développement de "becs de perroquets" ou ostéophytes. Ceci correspond à un étalement de l'os sous jacent afin d'augmenter la surface de l'articulation et diminuer les pressions au sein de l'articulation.

 

Cet étalement de l'os sous jacent permet de "ralentir" le processus d'usure, mais va avoir comme inconvénient de venir parfois comprimer les structures vasculo-nerveuses adjacentes.

Ces compressions aboutissent à leur tour à des symptomatologies qui peuvent être aussi ennuyeuses voir plus ennuyeuses que celles des hernies discales. A ce stade, seule l'intervention chirurgicale permet de dégager ces compressions nerveuses.

 

Il existe différentes situations qui engendrent la mise en place de l'arthrose :

 

On peut distinguer différents types d'arthrose et différents type de patient qui seront propice à l'arthrose.

Il existe principalement deux principales causes d'arthrose :

 

- l'arthrose familiale : Il peut exister une certaine fragilité du cartilage qui peut être transmise de façon héréditaire. L'on connait alors dans sa famille des parents plus ou moins proches qui ont développé de l'arthrose très jeune.

 

- l'arthrose par hyper sollicitation des articulations : Une hyper sollicitation de ses articulations et donc de ses cartilages peut provenir d'une pratique sportive ou professionnelle intensive, d'une raideur musculaire péri-articulaire trop importante ou encore de mauvais positionnements articulaires dû à des tensions musculaires qui rendent le fonctionnement, d'une ou plusieurs articulations, aphysiologique.

Dans ces deux principales causes d'arthroses, la façon la plus efficace pour réduire son évolution est de libérer au maximum la ou les articulations concernées de leurs sur sollicitations mécaniques.

 

Comment faire pour libérer ces articulations de leur sur sollicitations mécaniques ?

 

Eviter si possible, les sports ou les pratiques professionnelles qui demandent des mouvements répétés avec de la force sur les articulations concernées par l'arthrose.

 

Traiter en ostéopathie les systèmes musculaires péri-articulaires qui contraignent les surfaces articulaires les unes contre les autres et qui augmentent la pression au cm2 sur ces surfaces cartilagineuses.

 

L'ostéopathie va permettre de redonner de l'amplitude articulaire aux articulations concernées en éliminant les adhérences articulaires mais surtout en détendant tous les systèmes articulaires qui ont pour conséquence d'impacter les surfaces articulaires les unes sur les autres. Le gain de mobilité articulaire va être obtenu en traitant les muscles en questions mais surtout en éliminant les raisons pour lesquelles ces muscles se sont mis dans cette situation de raccourcissement (adaptation du corps à des postures, à des restrictions de mobilité articulaire, à des tensions viscérales, et de nombreuses autres causes).

 

En conclusion :

 

Vous vous apercevez qu'il devient de plus en plus difficile de tourner la tête pour réaliser vos créneaux, que vous semblez avoir de plus en plus de raideur de la nuque ou d'autres articulations, il est conseillé de consulter votre ostéopathe afin de réaliser un bilan et travailler, si besoin est, ces restrictions de mobilité afin de prévenir une mise en place précoce d'arthrose.

 

Conseils dans la vie de tous les jours :

 

1. Fléchissez sur vos jambes pour ramasser votre stylo par terre, et relevez-vous avec le dos bien droit

 

2. Pour refaire ses lacets, prenez le temps de vous asseoir ou de vous accroupir,

 

3. Une activité sportive régulière est fortement et souvent conseillée suite au traitement soit pour fortifier la musculature, soit au contraire pour gagner en souplesse.

 

4. Attention à la surcharge pondérale modifiant anormalement la statique vertébrale et usant prématurément les articulations de la colonne et des membres inférieurs.

 

5. Ne jamais soulever de charge en rotation ni en torsion.

 

6. Répartir équitablement les charges entre cotés droit et gauche (pour porter les courses par exemple, ou il vaut mieux porter un sac à dos plutôt qu'un grand sac à main d'un côté pour soulever une charge lourde).

© Copyright tous droits réservés - 2018

Cédric Dumesge - Mentions légales